Néoplasmes – quels sont cancérigènes ?

Néoplasmes — quels sont les cancérogènes ?

De plus en

plus de personnes touchées par les néoplasmes sont connues (avec ce terme nous identifions les tumeurs) et nous tous, bien que nié, vivent avec l’angoisse de pouvoir tomber malade. Le principal responsable, en plus d’une certaine prédisposition génétique, sont cancérigènes.

Ce terme identifie une série de molécules, composés, synthèse naturelle ou chimique (produits humains) capables de muter l’ADN et de donner vie à une reproduction incontrôlée dans les cellules et ainsi donner naissance à des néoplasmes.

Nous sommes faits de cellules, des cheveux, des muscles, du cœur et de notre cerveau. Ensemble de cellules formera les tissus qui à leur tour formeront les organes. La vie de chaque cellule est régie par son ADN ; ce sera ce dernier, à travers des stimuli provenant de l’extérieur de la cellule, pour modifier son comportement, sa croissance, sa reproduction et sa mort. ADN certains cas particuliers peuvent subir des modifications, aussi appelées mutations, qui changent pour toujours la vie de la cellule elle-même et que dans le cas où elle est divisée en d’autres cellules, nous aurions des tissus et des organes entiers modifiés. Ces modifications peuvent être aléatoires (l’un des processus de naissance de nouvelles espèces) ou par d’autres agents, à la fois vivants (tels que les virus et les bactéries) ou des molécules simples (cancérogènes). Ces mutations se produisent quotidiennement dans beaucoup de nos cellules, mais grâce aux systèmes de réparation et de contrôle, les cellules sont « réparées » ou détruites.

Le problème se pose lorsque ces mutations sont tellement nombreuses, que l’ajout les uns aux autres rend les systèmes de contrôle inefficaces et il y aura une croissance incontrôlée de ces cellules modifiées puis des néoplasmes. La plupart de ces cancérogènes pour entrer en contact avec les cellules devront entrer dans notre corps ; la voie préférentielle sera représentée principalement par la bouche et donc surtout par la nourriture. Précisément au changement des habitudes alimentaires, et aux nouveaux processus de production alimentaire, est attribué à l’augmentation disproportionnée actuelle de l’incidence (nombre de nouveaux cas) de néoplasmes dans tous les pays industrialisés.

Il existe des molécules cancérogènes naturellement contenues dans les aliments tels que les nitrites et les nitrates dans la viande et les légumes, phytates présents dans le soja etc.Heureusement, ils se trouvent dans des concentrations complètement inoffensives et négligeables. Le problème se pose à un moment où les aliments passent par des processus de cuisson ou de transformation pour être mis sur le marché. Dans ces processus d’usinage dans le but de rendre les aliments plus attrayants (colorants, épaississants, conservés, gélifiants, émulsifiants, etc.) ; à l’heure actuelle, on peut dire que presque tous les aliments vendus contiennent des additifs à l’intérieur. Il existe actuellement une multitude d’articles montrant que la forte corrélation entre les additifs alimentaires et la formation de néoplasmes, mais malheureusement les industries alimentaires ne tiennent pas compte de cela et souvent le consommateur moyen ignore complètement son danger. Pour préciser ce que l’on sait à ce sujet, mais combien de fois les intérêts économiques prévalent, je vous donne l’exemple de deux additifs utilisés comme édulcorants, à savoir la saccharine et les cyclamates (nous les trouvons principalement dans des bonbons, des sirops pour les desserts, des confitures) : au milieu des années 80 aux États-Unis ont été déclarés cancérigènes et il a été interdit d’utiliser et de commercialiser des denrées alimentaires (interdiction toujours en vigueur) ; en 2000, l’Union européenne a consacré sa sécurité totale et autorisé son utilisation dans l’industrie alimentaire.

Actuellement dans tous nos supermarchés, tous les jours, sans le savoir, nous achetons des bonbons et des confitures, contenant des additifs que les États-Unis ont interdit parce qu’ils sont capables de promouvoir la formation de tumeurs !

Même discours pour l’aspartame, un édulcorant que nous connaissons tous compte tenu de son large usage, mais que la communauté scientifique classe comme le cancérogène le plus puissant sur le marché actuellement. En plus de l’ajout d’additifs aussi des processus tels que la cuisson sont capables de faire un aliment cancérogène, en particulier dans deux cas : la friture et la cuisson grillée. Dans la friture , une série de produits cancérogènes sont produits et libérés, y compris l’ acrylamide et l’ acroléine ; ce type de cuisson ne doit pas être préservé quotidiennement et lorsque vous l’utilisez doit tenir compte de quelques petits conseils pour le rendre sûr :

1. ne laissez jamais l’huile que nous avons choisi le point de fumée (chaque huile l’atteint à une certaine température), quand elle se débarrasse de la plus grande concentration de ces composés ; à cet égard les huiles les plus appropriées sont celles d’olive, huile de tournesol, beurre clarifié qui ont une très point de fumée élevé ;

2. Ne jamais ajouter de nouvelles huiles à ce que nous utilisons déjà pour frire

3. Bien sécher les aliments avant de les tremper dans l’huile, l’eau accélère les processus

Dans la cuisson grillée produira une série de composés hydrocarbures hautement cancérigènes , la patine noire classique que nous trouvons sur la viande. C’est une bonne coutume de saucisses, retirez le film avec lequel nous les avons cuits avant de les manger. À la lumière de ces brèves considérations, il est possible de comprendre à quel point la propagation de ce type de maladie n’est pas accidentelle ou normale, il suffit de penser que nos prédécesseurs ont rarement été affectés par elle. L’industrialisation extrême, en particulier dans le domaine alimentaire, a été le terrain propice au développement exponentiel. La seule chose que nous pouvons faire est de faire des choix un peu plus prudents sur ce que nous décidons de manger et comment nous voulons le manger. Nous devons choisir des aliments et des boissons non raffinés, élaborés, transformés pour la vie quotidienne et non les aliments qui sont si bons, colorés, qui durent longtemps, mais que sans notre connaissance, année après année, nous empoisonner et Ils changent l’ADN de nos cellules et pourrait causer une tumeur qui ne viendrait jamais.

Un concept plus évolué qui gagne de plus en plus de pied dans la lutte contre ces pathologies et qui peut être la clé de voûte d’un concept de bien-être général est celui de l’ alcalisation du corps par la nutrition. Aussi surprenant que le concept complexe que nous aborderons à une autre occasion.

.